Notre mag

La vie au coeur du désert en Namibie

Afrique / Faune / Namibie / Safari 0
Le désert du Namib a donné son nom au pays, la Namibie. Ce désert très aride s'étire sur la côte entre plateaux caillouteux et cordons de dunes. Malgré cet environnement hostile, la faune et la flore rencontrées lors d'un safari affichent une diversité étonnante.

La brume dans le désert du Namib @Mag Sous l'Acacia
La brume dans le désert du Namib @Mag Sous l'Acacia

Le désert du Namib est très aride et pourtant une vie s'est développée. L'une des particularité de cet endroit est son brouillard. Le brouillard est lié au Benguela, ce courant marin froid créé par l'anticyclone de Saint Hélène qui refroidit les eaux côtières namibiennes et bloque par le jeu des masses d'air les précipitations et créant des conditions très arides. C'est grâce à lui que se forme très régulièrement un brouillard côtier pouvant aller jusqu'à plusieurs dizaines de kilomètres à l'intérieur des terres. Cette brume est une source d'humidité pour bon nombre de plantes et d'animaux de cette bande désertique qui s'étend du désert du Namib à la vallée du Hoanib qui récupèrent l'eau par condensation.

La faune du désert du Namib

Il est difficile de citer tous les animaux qui habitent ce désert. Nous avons choisi de vous parler seulement de certains d'entre eux qui pourront être observer lors de votre safari sur-mesure en Namibie.

Les otocyons

Couple de battle eared fox @Mag Sous l'Acacia
Couple de battle eared fox @Mag Sous l'Acacia
L'otocyon est aussi appelé renard à oreilles de chauve souris ( battle eared fox), c'est un petit mammifère. Il est facilement reconnaissable grâce à ses grandes oreilles et son bandeau sur les yeux. Grâce à leurs grandes et larges oreilles, les otocyons sont capables de repérer à l'ouïe le mouvement des insectes présents dans le sol (termites, coléoptères...), leurs proies favorites, qu'ils capturent ensuite en creusant à l'endroit précis. Ces petits mammifères sont toujours en couple et allongés dans les herbes, on arrive à les repérer grâce à leur oreilles qui dépassent !
Les curieux battle eared fox @Mag Sous l'Acacia

L'oryx

Pelage chic et cornes élégantes, l'oryx peut s’accommoder de fortes températures sans suer. Lorsqu'il est déshydraté et ne peut refroidir son corps par transpiration, il laisse son corps chauffer jusqu'à 45°C. une température qu'il peut supporter pendant 8h sans succomber. Il possède un système sophistiqué de rafraichissement.
Oryx dans le Namib @Mag Sous l'Acacia
Oryx dans le Namib @Mag Sous l'Acacia
Des veinules, rafraîchit par halètement et un réseau admirable relié au cœur ainsi nommé par des anatomistes, permettent de maintenir son cerveau à une température plus fraîche de 3° en moyenne. Sinon l'oryx sait orienter son corps pour présenter la plus petite surface possible au soleil et gagne la crête des dunes dès que souffle la moindre brise.

Les otaries à fourrure du Cap

Du désert du Namib, nous remontons la côte vers le nord. Les eaux froides riches en plancton grâce au Benguela, attirent de nombreux oiseaux d'eau et marins. Les vols de flamants roses sont impressionnants. Et encore plus étonnant est la colonie d'otaries à fourrure du Cap. Il y en a des milliers et des milliers sur la côte et dans l'eau. Et le vacarme est assourdissant.
Les otaries à fourrure du Cap @Mag Sous l'Acacia
Les otaries à fourrure du Cap @Mag Sous l'Acacia

Les éléphants du désert

Des éléphants dans le désert c'est possible ! Les pachydermes ont développé des adaptations physiologiques et comportementales spécifiques pour faire face à l'aridité extrême. Ils peuvent se passer d'eau pendant 3 jours alors qu'un mâle adulte a besoin normalement de boire jusqu'à 160 litres quotidiennement. dans cet environnement, ils se contentent de ce qu'ils trouvent : herbes, arbustes et buissons en tous genre, arbres comme l'acacia à girafe, le mopane, sans oublier le caddle, prisé pour ses fruits riches en protéines quand c'est la saison.
Troupeau d'éléphants dans le Damaraland @Mag Sous l'Acacia
Troupeau d'éléphants dans le Damaraland @Mag Sous l'Acacia

Les groupes d'éléphants du désert sont généralement plus réduits que ceux qui vivent dans la savane, seulement une quinzaine d'individus. La matriarche qui mène le groupe connait les points d'eau et conduit de longues migrations saisonnières par exemple entre l'Hoarusib et l'Hoanib, deux rivières éphémères distantes de plus de 70km.

Les lions du désert

A l'aise dans les dunes comme en montagne, dans les plaines caillouteuses désertiques comme sur les plages de la côte des squelettes, les lions ont su s'adapter à l'aridité du nord-ouest de la Namibie. Capables de se passer d'eau (ils peuvent se contenter de s'hydrater avec la nourriture qu'ils mangent), ces lions très athlétiques s'avèrent très mobiles. Ils peuvent parcourir plus de 70km en une nuit et n'hésitent pas à partir en exploration sur de longues distances, parfois jusqu'en Angola.
Lionne dans l'Hoanib @Mag Sous l'Acacia
Lionne dans l'Hoanib @Mag Sous l'Acacia
Indépendants plus jeunes, vers 2-3 ans au lieu de 4 ans, ils vivent en petits clans de 3 à 7 individus, sur un territoire très grand ( 5000 km2 en moyenne), ce qui expliquerait leur espérance de vie plus élevée (18 ans). Dans le désert, en effet, les combats territoriaux entre lions provoquant des blessures sont rares. Se nourrissant moins souvent, les lions du désert s'attaquent d'ailleurs à des proies inhabituelles, comme les girafes, bien présentes dans les vallées asséchées ou sur les plages, à des flamants, des cormorans et des otaries, tout en profitant des charognes telles des baleines échouées. Etonnament, ces lions vivant dans des conditions difficiles se portent bien et la population à tendance à augmenter.
Jeunes lions au point d'eau @Mag Sous l'Acacia
Jeunes lions au point d'eau @Mag Sous l'Acacia
Mais qui dit plus de lions, dit plus de conflits avec les populations surtout en cas de sécheresse, les lions s'attaquent aux animaux domestiques. En 2016, des mesures ont été prises en concertation avec tous les acteurs pour assister les populations et non les forcer à vivre avec les lions. Des actions sont mises en place pour faire fuir les lions qui s'approchent trop près des villages.

La flore du désert du Namib

Les arbres morts de la Dead Valley

Au milieu des dunes géantes de Sossusvlei qui culminent à plus de 300 mètres, se cache l'incontournable vallée Morte, "Dead Valley", dépression d'une étonnante blancheur piquetée de dizaine d'arbres morts.
Les arbres morts de la Dead Valley @Sous l'Acacia
Les arbres morts de la Dead Valley @Sous l'Acacia
Oasis autrefois alimentée par le Tssauchab, une rivière éphémère, le site avait vu sa végétation prospérer jusqu'à ce que le sable barre la route à l'eau. Privés d'humidité, les arbres ont fini par succomber, mais ne ce sont pas décomposés dans cet environnement aride et protégé du vent. Cet endroit est aujourd'hui très prisé des photographes !

Le welwitshia

Le welwitshia est certainement la plante la plus extraordinaire du Namib. capable de vivre plus de 1500 ans ( voire 2500ans selon certaines experts). Cette curiosité botanique ne possède que deux feuilles à croissance continue qui peuvent mesurer deux mètres de long. Ses racines très étendues lui permettent de capter l'humidité du sol tandis que ses feuilles condensent l'humidité du brouillard récupérée ensuite par la plante.
Wel @Mag Sous l'Acacia
Welwitshia @Mag Sous l'Acacia

La Namibie est un grand pays et plusieurs safaris sont nécessaires pour explorer les différentes régions.
Contactez Laurent pour créer votre voyage sur-mesure en Namibie.

A lire aussi :